Leslie & Clem ont accepté de nous partager leur témoignage sur leur changement de mode de vie afin de faire évoluer notre société. L’équipe de Point Local

Il y a 7 ans, j’ai rencontré Clément, nous sommes tous 2 issus de familles qui aiment la « bonne bouffe », les bons produits, des familles qui consomment !

Et depuis 4 ans nous avons changé notre façon de vivre et de consommer (et c’est pas fini) !

Je vous plante rapidement le décor : Nous avons 30 ans, sommes salariés, et nous attendons notre premier enfant.  Nous vivons dans un appartement dans le 3ème arrondissement de Lyon. Adeptes du vélo et des modes de transport doux, nous avons aussi investi dans une voiture hybride.

Je vous promet d’être la plus honnête possible pour ne pas trop enjoliver la réalité afin de partager aussi nos reculades, difficultés, nos échecs… 

Petit à petit, l’écologie fait son nid :

Manger moins de viande…

Un couple d’amis est devenu végétarien pour des raisons principalement écologiques. Le sujet est donc devenu un thème d’échange régulier au cours de nos apéros, diners et autres weekend entre amis. La même année, nous sommes partis en vacances en Thaïlande.

Les Currys végétariens nous ont mis le pied à l’étrier, et les plats au tofu ont peu à peu remplacé la sacro sainte assiette à la française (combo : viande/poisson – féculents – légumes) !

Et sans même nous en rendre compte, nous voilà en train de suivre un régime quasi-végétarien depuis bientôt 4 ans.

Soyons francs, je mange encore de la viande, principalement en dehors de chez moi – Resto, Famille, Copains, et je dois dire que j’apprécie toujours un bon morceau de viande. Mais je privilégie la qualité à la quantité.

J’aime beaucoup cuisiner, et le régime végétarien, m’a permis de développer une nouvelle créativité culinaire, entre blanquette de légumes  , wok divers, burgers et bagels végés. Nous avons aussi redécouvert les légumineuses, souvent boudées. A nous les salades de lentilles et de pois en tout genre (sources de beaucoup de protéines) !

Recette de la blanquette de Légumes : 

Mettre à cuire dans un fait tout : Carottes, Navets, Navets boules d’Or, et plus généralement les légumes d’hiver oubliés ou non qui vous font envie et suivre la recette classique de la blanquette ( http://lacuisinedemegh.canalblog.com/archives/2012/03/17/23786624.html) . 

Si on a envie de protéine on fait comme dans le lien ci dessus, on met du Seitan ou du Tofu mais franchement, y a même pas besoin. 

Si on aime le curry on n’hésites pas à en mettre. 

Si on veut éviter la crème fraîche, on remplace par du lait de coco avec de la coriandre fraîche, c’est délicieux ! 

La blanquette se mange avec : Des patates qu’on ajoute en fin de cuisson, ou du riz, ou des petites pâtes !

Blanquette légumes par Leslie

Manger de saison, manger local…

Il y a eu la prise de conscience des saisons. Nous avons progressivement, remplacé le super marché par le marché du dimanche, nous ne mangeons pas forcement uniquement du BIO mais principalement du local et des fruits et légumes de saison. Non, seulement nous achetons mieux, plus frais et de saison, mais nous achetons aussi et surtout moins cher ! Et pour ceux qui sont perdus, voilà un site avec un joli calendrier à mettre sur son frigo  : http://pissenlit-au-jardin.blogspot.fr/2014/09/le-nouveau-calendrier-est-arrive.html

Nous avons la chance à Lyon d’avoir 3 marchés par semaine à coté de chez nous, forcement c’est ceux du week-end qui ont nos faveurs. En effet, difficile de faire le marché le mercredi ou le vendredi matin quand on travail toute la semaine …

Depuis 6 ans, nous faisons le marché au même endroit, nous avons donc aussi la chance de bien connaitre les petits producteurs qui nous nourrissent tous les jours. Ils nous font découvrir de nouveaux produits (souvent des anciens remis en culture). La semaine dernière c’était les radis blancs – Très chic à coté des roses et des rouges à l’apéro.

On partage les bonnes recettes et les astuces de cuisson ! Au delà d’une relation commerciale, il y a un vrai échange ! Et nous savons, souvent en avant première, s’il y aura des nouveautés la semaine suivante !

Prochainement l’un d’entre eux organise une visite d’exploitation ! C’est sur, nous en serons !

A Lyon quelques il existe quelques marchés du soir, malheureusement nous n’avons pas la chance d’en avoir près de chez nous, mais nous ne désespérons pas !

Si nous sommes en rade de légumes dans la semaine c’est Clément qui s’en charge, il a la chance d’avoir une petite coopérative BIO qui emploie des gens en réinsertion. En général, ça nous coûte le même prix que du non BIO en grande surface, et en plus, Clément se paie le luxe de faire ses courses en plein air tout en faisant une bonne action sociale (en plus on a toujours un peu plus que ce qu’on achète) !

Vous me direz, elle est bien mignonne avec ses légumes, mais moi, j’ai pas le temps de cuisiner. Bah franchement, moi non plus ! Mais j’ai fais un choix, et souvent je passe une partie de mon dimanche à :

– Éplucher

– Nettoyer (avec un supplément vinaigre blanc pour cause de grossesse)

– Couper

– Émincer

– Cuire

– Assaisonner

Le reste de la semaine, je me contente de sortir des Tup’ (de préférence en verre, je remplace au fur et à mesure).

Nous pratiquons aussi très régulièrement des actions VIDE FRIGO, c’est à dire pas de courses tant que le frigo n’est pas vide, comme ça, on jette moins, et on apprend à accommoder les restes  (magnifique cette transition vers le Zéro Dechet) !

Réduire ses déchets et sa consommation …

Vous l’avez compris, je suis enceinte, et avec cette bonne nouvelle beaucoup de nouvelles questions.

Il faut aussi faire de la place dans notre appartement !

La question de la gestion des objets et des déchets devient donc l’une de nos préoccupations (merci la famille Zéro Déchet).

Produits ménagers home made, passage au vrac, tout y passe…

Je vous avoue avoir été très motivée et satisfaite par les produits ménagers home made, malgré quelques échecs notamment sur les pastilles à lave vaisselle, à ce jour nous n’avons toujours pas la solution (Amis lecteurs, nous sommes preneur de vos recettes miracle !).En quelques semaines mon nécessaire de salle de bain passe d’une armoire pleine, au strict nécessaire. Fini les savons liquides, bonjour le savon et le shampoing solides ! Adieu les produits chimiques et bonjour les produits BIO et naturels. Nous avons pris une décision assez simple : Si ce n’est pas fini, on ne remplace pas. Adieu les 12 crèmes de jours (dont 4 périmées), les 50 vernis à ongles (sachant qu’on en utilise 2)…

La liste des indispensables pour l’arrivée d’un bébé est longue et pas forcement compatible avec le ZD. Alors pour éviter de faire du « tout neuf » nous avons, récupéré mon lit de bébé et le berceau familial (ma grand mère à dormi dedans), nous avons acheté certains articles dans des dépôts vente, Emmaüs et le bon coin ! Nous avons aussi récupéré beaucoup de vêtements grâce à des amis et voisins !

Cette année pour Noël ma seule exigence était de n’avoir que des cadeaux immatériels : Massages / Ateliers DIY … J’ai pu prendre du temps pour moi et apprendre l’art floral japonnais ! J’ai pu mettre tous mes cadeaux dans une petite boite à chaussures versus une grosse valise les années précédentes.

Nous avons aussi pu réduire nos déchets en adhérant à une association de jardin partagé dans lequel nous avons la possibilité d’apporter notre compost. Mais c’est assez contraignant, nous devons déposer notre compost à des plages horaires dédiées, et je vous dis pas l’odeur quand on rate de créneau et qu’il commence à faire chaud !

Nous avons aussi investi dans un robot de cuisine, une yaourtière, et un extracteur de jus ce qui nous permet de faire beaucoup de choses nous même, notamment du pain. La yaourtière nous permet au delà des yaourts de faire du fromage frais (à nous le Boursin et le Chavrou maison !) Et l’extracteur nous permet de faire des jus de fruits et légumes à toute heure !

Le Zéro Déchet c’est aussi le vrac, les joies du vrac. Nous avons investi dans des dizaines de bocaux de toute taille et toutes formes (chez Emmaüs, vous en trouverez pour 3 fois rien). C’est une sacré organisation, pas facile à transporter, il faut les peser, mais bon on a rien sans rien, comme dirait ma belle mère être précurseur ça demande quelques sacrifices !

Les choix et les contradictions

Notre bébé n’est pas encore là, mais beaucoup de questions restent avec des réponses partielles et souvent insatisfaisantes.

La gestion des couches par exemple, évidement nous souhaiterions des couches lavables, économiques et écologiques. Mais après 3 visites de crèches, je me suis rendue compte qu’aucune crèche autour de chez moi ne s’inscrit dans cette démarche.

Mon enfant aura la chance de manger BIO ou local, mais pas les 2… BIO ou de saison, mais pas les 2.

Il faudra se battre au quotidien pour notre monde de Demain 

C’est bientôt les élections, comme beaucoup d’entre vous, je ne sais pas pour qui voter, mais j’ai déjà choisi comment me faire entendre au travers de ma consommation :

– Je n’utilise plus de carte de fidélité qui m’espionne,

– J’achète du vrac dès que c’est possible,

– Je fréquente le moins possible les grandes surfaces au profit du marché et des magasins BIO,

– J’achète français dès que c’est possible,

– Je fais un maximum de choses moi même,

– Quand j’ai besoin de quelques chose, je recherche d’abord d’occasion avant d’acheter du neuf,

Notre démarche quotidienne soulève encore des tonnes de questions auxquelles nous n’avons pas toujours de réponse mais nous ne reviendrons plus en arrière. Petit à petit nous apprenons à devenir des acteurs de notre vie plus que des consommateurs.