var _paq = _paq || []; _paq.push([function() { var self = this; function getOriginalVisitorCookieTimeout() { var now = new Date(), nowTs = Math.round(now.getTime() / 1000), visitorInfo = self.getVisitorInfo(); var createTs = parseInt(visitorInfo[2]); var cookieTimeout = 33696000; // 13 mois en secondes var originalTimeout = createTs + cookieTimeout - nowTs; return originalTimeout; } this.setVisitorCookieTimeout( getOriginalVisitorCookieTimeout() ); }]);
Chercher
Ajouter un lieu
Connexion
Comment gagner 2000 euros par an ?

Comment gagner 2 000€ par an ?

Je savais que ce titre allait te donner envie d’en savoir plus ! 😉

Et oui depuis bientôt un an, je gagne environ 2 000€ de plus qu’en 2016. Par quel stratagème ? J’ai vendu ma voiture !

Depuis janvier 2017 je n’ai plus de voiture et je me déplace à vélo. Alors avant de détailler les gains financiers je vais t’expliquer pourquoi j’ai fait ce choix. Je suis conscient que tout le monde ne peut pas se permettre de le faire. Même si, comme je vais l’expliquer plus bas, il est largement possible pour une majorité de le faire.

Alors pourquoi avoir décidé de vendre sa voiture pour rouler en vélo ?

Le paragraphe qui va suivre est très personnel et ce n’est que mon point de vue en fonction de ma situation.

  • J’habite à 5km de mon travail (enfin 10km en voiture mais il y a un raccourcit réservé aux vélos qui me fait économiser 5km 🙂 )
  • J’utilisais ma voiture quotidiennement du lundi au vendredi, seul.
  • Si je dois me déplacer dans le cadre de mon travail, on me prête une voiture ou je prends le train en fonction de la distance.
  • Au besoin dans mon foyer il y a une autre voiture dont on ne peut se séparer pour des raisons professionnelles.

Après avoir fait ce constat, je me suis rendu compte qu’une voiture ne m’était pas indispensable. 10 km dans la journée cela représente en gros 30 minutes de vélo. Je mettais 20 minutes en voiture. D’un point de vue écologique, la question ne se pose pas. Et en cas d’extrême urgence j’avais une solution de replis. Ma décision était prise, je vendais ma voiture et n’utiliserait que mon vélo de manière quotidienne.

Le détail des économies réalisées en vendant ma voiture

Comme je le disais en début d’article, le fait de ne plus avoir de voiture me fait gagner environ 2 000€ par an par rapport à 2016. Bon dans la réalité on va dire que j’économise cette somme. Mais dans les faits cela revient au même, chaque année j’ai 2 000€ de plus à dépenser ou à économiser qu’en 2016.

Voici les trois points que j’ai retenu :

  • Le carburant
  • L’assurance de la voiture
  • Les visites aux garages

975€ d’économie sur le carburant

J’étais un conducteur classique, je réalisais mes 15 000km par an. Dès que je me déplaçais généralement c’était en voiture. De toute manière, à l’époque je n’avais pas de vélo donc dès que j’estimais que c’était trop long pour le faire à pied je le faisais en voiture… J’avais 1,5km pour aller au sport et je le faisais en voiture, drôle de logique…

Je roulais en essence, on peut donc faire une estimation d’un gain de 975€ par année en ne dépensant plus cet argent dans le carburant.

574,80€ d’économie sur l’assurance voiture

Je conduis depuis 13 ans, j’ai eu une voiture et donc une assurance pendant 12 ans. Sacré montant qui ne m’a jamais servi. Mais bon pour les cas extrêmes les assurances sont indispensables.

Je payais chaque mois 49,70€ soit une économie de 574,80€

Autour de 1 000€ pour mes visites chez le garagiste

Je ne me souviens plus de l’âge de ma voiture, mais je l’avais depuis 10 ans et je l’avais acheté d’occasion. Dans mes souvenirs elle avait un peu plus de 15 ans. Depuis 2-3 ans mes visites chez le garagiste augmentaient et leur montant aussi. Au final j’étais autour de 1 000€ par an en moyenne sur les trois dernières années.

Et voici donc mon total de 2 549,80€ de gagnés par rapport à 2016 🙂

Mais pour les plus chanceux il y a un bonus !!!

Et oui depuis février 2016 les entreprises peuvent prendre à leur charge tout ou partie des frais engagés par les vélotafeurs. Cette prise en charge est sous forme d’indemnité kilométrique vélo. Elle n’est pas obligatoire et exonérée de cotisations sociales dans la limite de 200€par an. Cette indemnité est de 0,25€ par kilomètre parcouru entre le domicile et le lieu de travail en prenant le chemin le plus court comme référence.

Je ne la touche pas actuellement, mais si ça avait été le cas en 2017 j’aurais gagné 565€ supplémentaires.

Pourquoi est-ce que je pense qu’une majorité d’entre nous pourrait se passer de la voiture ?

Le début de l’article est tourné uniquement sur mon expérience. Je voulais fouiller un petit peu pour voir si dans les faits mon comportement pouvait être globalisé. Comme l’est actuellement celui de privilégier la voiture.

Comme je l’ai déjà dit, 100% des personnes ne peuvent pas se passer de la voiture. Je le sais et j’en suis conscient. Je le souligne juste car c’est souvent le seul argument que l’on me sort lors d’échanges notamment sur Twitter. En effet une personne dans l’incapacité physique de faire du vélo, ne peut pas faire de vélo… CQFD.

Maintenant revenons à la majorité de la population, qui elle n’a aucune contre-indication  pour faire du vélo.

Le premier frein, la distance !

C’était pour moi aussi mon premier frein. Je trouvais que c’était loin. Psychologiquement je ne travaille pas dans la ville où j’habite donc forcément c’est loin. Je me suis donc intéressé à ce que nous raconte l’INSEE. Je suis tombé sur son document “Les déplacements domicile-travail amplifiés par la périurbanisation”, le seul officiel que j’ai pu trouver. Il date par contre de 2007. En 10 ans des choses ont sûrement changée mais peu de révolution.

Voici d’abord en image la partie qui m’a le plus intéressé.

Ampleur des navettes selon l'espace de résidence

Alors que nous apprend ce tableau ?

Tout d’abord qu’en moyenne les Français habitent à 25,9km de leur lieu de travail. Si on exclut les personnes ne travaillant pas dans la ville dans laquelle ils habitent cette moyenne monte à 35,4km. On voit également que 50% des français habitent à moins de 7,9km de leur lieu de travail.Si on exclut les personnes ne travaillant pas dans la ville dans laquelle ils habitent on arrive à 50% des français habitent à moins de 12,2km de leur lieu de travail.

Il faut bien faire attention, ces données sont liées à un trajet par la route. C’est à dire qu’il n’est pas pris en compte les trajets réservés aux cyclistes. Exemple dans mon cas, les voix réservées me font économiser 50% de mon trajet, passant de 10 à 5km.

Si nous nous basons sur une vitesse moyenne de 15km/h. Il faudrait pour 50% des français de 1 à 32 minutes de vélo pour rejoindre leur lieu de travail, sans compter les personnes ne travaillant pas dans la ville dans laquelle ils habitent, on passe à 1 à 49 minutes de vélo pour rejoindre leur lieu de travail.

Malheureusement je n’ai pas trouvé plus d’informations, uniquement la moyenne et la médiane. Une division par quartile aurait été à mon goût plus intéressante.

Maintenant à toi de voir, ta relation aux distances et aux trajets. Pour ma part quand j’ai vu le temps qu’il me fallait par rapport à ce que je faisais avant je n’ai pas réfléchi pour longtemps.

Le second frein, la météo !

Régulièrement mes collègues me plaignent quand ils me voient arriver alors qu’il fait un sale temps dehors. Pouvoir rouler selon toutes les météos a été ma première préoccupation dès que j’ai voulu me passer de la voiture.

J’ai donc investi dans un poncho et un pantalon de pluie. Maintenant plus aucune météo ne me résiste. Je sors par tous les temps. Et sur ma route je croise toujours des vélos. Je ne suis donc pas le seul à prendre mon courage à deux mains en cas de mauvais temps. 🙂

Le troisième frein, les courses !

C’est une question que l’on me pose souvent. Comment je fais maintenant pour les courses ? Et bien si tu lis régulièrement les articles de Point Local. (Ce que j’espère 🙂 ) Tu as pu constater que je ne faisais plus de courses en supermarché. Je n’achète que du frais, des produits bruts et du vrac. J’arrive donc dans mes points de ventes favoris avec mes sacoches à vélo et mon sac-à-dos. Avec tout mon attirail je n’ai aucun problème pour ramener tout ce dont j’ai besoin. Comme ceux en voiture, je fais des détours qui rallongent mon trajet du retour pour passer chez mes commerçants. Mais ce n’est pas si long que cela et me permet d’en faire plusieurs au besoin dans la semaine.

Le quatrième frein, les enfants !

Et oui comment faire lorsque l’on a des enfants ? Et bien je n’ai pas de réponse liée à mon expérience à te sortir, pour la simple et bonne raison que je n’ai pas d’enfant. 🙂 Par contre je croise régulièrement des cyclistes avec leurs enfants. Et ce par tous les temps cf un peu plus haut ;-).

Les enfants sont gérés avec trois méthodes de ce que j’ai pu constater :

  • Le ou les enfants sur le porte bagage à l’arrière ou à l’avant du vélo
  • Le ou les enfants sur leur vélo généralement précédant les parents
  • Et enfin, mais plus rare, les triporteurs avec un ou plusieurs enfants à l’intérieur. (Ce qui au passage peut également être une astuce pour les courses !)

Si tu vois d’autres freins, laisse les moi en commentaire et on essayera de lever ses freins ensemble 🙂

C’était les quatre freins que j’ai le plus entendus. Pour moi il y a des solutions pour chacun. Le plus dur est de se lancer. Je sais que personnellement j’ai besoin d’électrochoc. Donc j’ai vendu volontairement rapidement ma voiture une fois ma décision prise pour être sûr de ne pas revenir en arrière.

Les inconvénients à ne plus avoir de voiture

Je ne souhaite pas faire un article tout rose. Je veux essayer d’être le plus transparent possible.  Voici donc quelques inconvénients à  ne plus avoir de voiture.

De nouvelles dépenses

Avoir un vélo n’est pas gratuit, même si c’est plus économique qu’une voiture. Alors après ça dépendra de toi. De ton budget et de ton envie. Pour ma part, je voulais un bon vélo qui remplace totalement ma voiture. J’ai donc décidé d’investir dans un vélo à assistance électrique et pliable. Autant te dire que ce n’était pas donné. Il m’a coûté plus cher que le montant de la vente de ma voiture. 🙂 Pourquoi ce choix ? Pour avoir une assistance notamment dans les côtes, j’envisageais vraiment le vélo comme un moyen de transport et non comme un sport. Même si au fur et à mesure je me rends compte que mon corps s’est habitué à faire du vélo et qu’il ne réagit plus comme avant. Malgré tout, certaines journées c’est agréable de pousser un peu plus que d’habitude l’assistance électrique.

Avec une utilisation quotidienne, je vais aussi régulièrement (tous les 4 à 6 mois) faire réviser ou réparer quelques trucs sur mon vélo. L’année dernière j’ai dû dépenser 50€ de réparation pour pièce et main d’oeuvre. Si je savais mieux utiliser mes mains cela me coûterait moins cher. 🙂

Mise à jour le 12/04/2018 : témoignage d’un vélotafeur en VAE (Vélo à Assistance Électrique) Ailes cyclables

Quel est le coût d’aller en vélo électrique au travail ? Voici le bilan d’Ailes cyclables : (ATTENTION LIRE 1 MOIS ET NON 3 😉 )

Merci Ailes cyclables pour ce bilan, on se rend compte du faible coût du VAE. Surtout pour une utilisation comme véhicule principale.

Les longues distances

Pour les longues distances, il faut s’organiser en amont. Il est un peu plus compliqué de partir sur un coup de tête. Après j’utilise toujours les mêmes mode de transports qu’avant. A savoir le covoiturage, le train, et comme je le disais en amont, il y a toujours une voiture dans mon foyer. Pour le train, dans certains cas les vélos sont acceptés (pour les pliables c’est toujours le cas, c’est considéré comme un bagage) et par contre cela peut être un réel avantage. Tu peux aller dans n’importe quelle ville et être totalement indépendant et sans surcoût avec ton vélo.

Bon j’espère que tu ne m’en auras pas trop voulu de t’avoir salement appâté avec mon titre. L’objectif derrière tout ça était de te montrer qu’on pouvait se passer de la voiture. Que des personnes le font et que de plus en plus de personnes le font. Quitter la voiture pour le vélo est à la fois bon pour ta santé, pour la planète et pour ton porte-feuille. Les infrastructures se développent de plus en plus. Il faut encourager les communes qui incitent au vélo !

Dans mon logement, nous vivons à quatre. Et les quatre sont des vélotafeurs, avec une automobiliste occasionnelle en fonction de son travail. Je pense que nous ne reviendrons plus en arrière. D’ailleurs qu’ils n’hésitent pas à commenter pour donner leur avis. 🙂 Personnellement je sais que ça sera un critère lors de mon prochain logement. Être sûr de pouvoir continuer à tout faire à vélo.

Et surtout cher ami cycliste, pense à être visible. C’est pour moi un point très important. Je ressemble à un sapin de Noël sur la route et pourtant certaines voitures ne me voient toujours pas. Un accident est trop vite arrivé. Donc soit visible et respecte aussi ceux qui t’entourent !

Commentaires - 6

Nathan

Super article.

J’ai d’autres freins et points positifs.
– Freins: Sécurité, Rouler de nuit (en hiver ou pour certains travaux), pas de pistes cyclable, peur de faire du vélo.
– Points positifs : Faire du sport, exposition réduite a la pollution (http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/13/auto-metro-ou-velo-ou-respire-t-on-le-moins-d-air-pollue_4382697_3244.html), découverte de son quartier (voisin, etc).

Bises

avril 12, 2018 3:29
Pierre

Pierre

Merci pour ton retour.

C’est vrai que niveau sécurité, je parle surtout des infrastructures il y a encore pas mal de travail à faire. Même s’il y a eu de nombreux efforts de faits.

avril 12, 2018 3:34

Julien

J’ai 2 freins actuellement, la distance (12 km) et des enfants. Comme je veux pas déménager (ni me débarrasser de mes enfants), il va falloir investir dans l’électrique, je passerais de 20 minutes de bouchon énervant à une promenade de santé de 30 minutes. Avec une carriole pour déposer les enfants à l’école sur la route.
avril 13, 2018 1:45
Pierre

Pierre

Ahahah merci pour ton commentaire ! N’hésite pas à nous faire un retour quand tu te seras lancé ! 🙂
avril 13, 2018 2:00

Marie

Bonjour,

J’envisage de m’acheter un vélo mais je suis complétement une noob dans le domaine. J’aimerais savoir s’il vaut mieux avoir un VTT ou un vélo de ville sachant que j’utiliserais le vélo aussi pour aller en ballade. D’ailleurs, faut-il des pneus particuliers? Les pneus des VTT sont-ils bien adaptés au bitume ou s’usent-ils plus vite? concernant, l’équipement, un K-way ferait-il l’affaire? Sinon, je devrais acheter un imperméable et j’aimerais bien recycler ce bon vieux K-way x)

Merci pour cet article qui est génial !

mai 7, 2018 8:14
Pierre

Pierre

Bonjour ,

Merci pour ton commentaire. Pour le choix du vélo, c’est propre à chacun. Je te conseille d’en emprunter un ou en louer un pour voir lequel est le plus adapté à ton usage.
Pour la tenue pas de soucis avec le K-way, je te conseille aussi le pantalon de pluie.

mai 8, 2018 9:19

Ajouter un commentaire

Votre email est en sécurité avec nous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ConnexionPoint Local

Vous allez recevoir par mail la confirmation de votre inscription.

Générer un nouveau mot de passe