Ton commerçant pratique-t-il le zéro déchet ? On a pu voir dans un précédent article que ce n’était pas toujours le cas. Mais bon le commerçant est maître dans son commerce et décide si oui ou non il accepte tes contenants.

J’ai de la chance mes commerçants sont souvent pour le zéro déchet !

De ce côté je n’ai pas trop à me plaindre. La majorité des commerces que je fréquente acceptent de me vendre leurs produits directement dans mes contenants. Il faut avouer que je ne mets plus les pieds dans les grandes surfaces donc ça aide.

J’avais envie d’écrire cet article pour te raconter la relation que j’ai avec mes commerçants et comment cela s’est mis en place.

Acheter de la viande en vrac en boucherie

Comme je n’ai pas toujours été végétarien, il m’est arrivé d’acheter de la viande en boucherie. Oui depuis longtemps j’essayais de faire attention à quelle viande je mangeais. La première fois que je suis rentré dans ma boucherie avec mes contenants, ce fut très drôle. Le boucher me regarder et me demande : « c’est pourquoi faire ? ». Je lui explique donc que je suis dans une démarche zéro déchet et que je ne souhaite plus de ses emballages.

Étonné, il accepte. Il coupe ma viande, prend une feuille d’emballage, pose la viande, la pèse. Il imprime le ticket et je paie.

La fois suivante, il me dit : « c’est marrant votre truc vous êtes le troisième de la journée ». Alors je ne sais pas ce qui s’est passé dans la tête des gens du quartier, mais j’étais content de cette bonne nouvelle. Cette fois, je coupe la conversation assez tôt pour éviter la feuille d’emballage. je lui demande s’il peut tarer sa balance. En effet il le peut. Il découpe donc la viande, prend mon contenant, le pose sur la balance, tare le contenant et pose la viande. il imprime le ticket et je paie.

Cette dernière étape je n’arrive pas à l’empêcher (celle du ticket pas du paiement 😉 ). Il me dit être obligé de le faire.

Avec le temps et très rapidement, j’ai réussi à le convaincre. Il m’a donc permis de réduire considérablement les déchets lors de mes achats en boucherie. Pour me remercier, enfin c’est comme ça que je l’interprète, il me donnait de temps en temps des « chutes » comme du pâté ou talon de jambon en trop petite quantité pour être vendue.

Pour conclure, ça a été très facile à faire accepter à mon boucher de passer au zéro déchet. Il a rapidement compris que lui aussi y gagnait en économisant sur l’emballage.

Zéro déchet en boulangerie, couvrez ce sac à pain, que je ne saurais voir !

Molière m’a inspiré pour parler des boulangerie ! Je pense que c’est en boulangerie que l’on retrouve le déchet qui à mon sens est le plus inutile. Ce satané sac à pain que nos boulangers nous refourguent fourbement tel Scapin. Ok je sais qu’ils le font par réflexe, en plus c’est cool ça leur fait de la pub, tu as leur nom dessus !

Parlons sérieusement, à quoi sert ce sac à pain ? Tu vas à la boulangerie. Tu achètes ta baguette. Tu rentres chez toi. Première chose que tu fais, tu jettes ce sac ! Durée de vie : moins qu’un papillon…

Un sac à pain ça ne coûte rien, et si tu as un minimum (vraiment un minimum) de talent en couture, tu te le fabriques en utilisant des chutes de tissus.

L’excuse de la communication, je n’y crois pas non plus. Pourquoi tu vas dans telle ou telle boulangerie ? Parce qu’elle est proche de chez toi, ton travail ou tes lieux de passages. Ou alors parce qu’elle est excellente et que tout le monde le sait ! C’était le cas de mon ancienne boulangerie, il ne fallait pas y aller en heure de pointe sinon c’était 30 minutes minimum d’attente.

Pourquoi se nourrir grâce aux commerces de proximité

En boulangerie, on achète du pain en vrac, des gâteaux et potentiellement des sandwichs !

J’ai l’habitude de fréquenter deux boulangeries. Celle à côté de chez moi, pour tout ce qui est pains et pâtisseries. Et celle proche de mon travail quand j’ai besoin de m’acheter un sandwich.

Prenons la première. En règle générale les boulangeries ne sont pas les plus compliquées à convaincre pour une personne pratiquant le zéro déchet. Une seule fois, j’ai eu une personne insistante. J’avais oublié mon sac à pain. Je demande tout de même une baguette sans sac. Elle me répond que c’est « risqué » il va y avoir de la farine. Je lui réponds qu’elle a raison, mais qu’au moins il n’y aura pas de déchet. Elle n’a pas eu l’air d’avoir compris ma réponse. J’ai payé et je suis parti.
Bref revenons à nos moutons. Avec la boulangerie à côté de chez moi, ce fut très simple. J’ai arrêté la vendeuse pour lui signifier que j’avais mon propre sac. Au bout de quelques jours c’était devenu un réflexe pour eux. De la même manière quand j’avais besoin de pâtisserie, je venais avec un contenant. Au final, à chaque fois ils nous font remarquer que c’est vraiment une bonne chose et que tout le monde devrait s’y mettre.

Message pour nos amis boulangers :

Totalement d’accord avec la phrase précédente :

C’est vraiment une bonne chose, tout le monde devrait s’y mettre.

VRAI ! Et vous pouvez aider les gens à y penser. Au lieu de systématiquement donner votre pain dans votre sac, demandez aux consommateurs s’il en souhaite un ou s’il a le sien. Petit à petit ça va le faire réfléchir et peut-être basculer vers une démarche qui va lui faire diminuer ses déchets.

Retour à mon expérience avec les boulangeries

La seconde boulangerie, est donc celle à côté de mon travail. J’y vais quand je n’ai pas eu le temps ou le courage de me faire à manger. Je suis devenu là-bas, le mec au sac à sandwich. L’acceptation par le magasin a été très facile. Il trouvait ça génial même si c’était pour mettre un panini avec le fromage qui coule. De toute façon c’est mon sac, c’est ensuite à moi de le laver.

Ils ont eu l’air de trouver ça tellement sympa, que maintenant ils précisent sur leur vitrine qu’ils acceptent les contenants des consommateurs. J’étais fier de moi le jour où j’ai vu ça. Ce n’était peut-être pas grâce à moi. Mais je me dis que j’ai apporté ma pierre à l’édifice.

Pour conclure, rien de plus facile que de convaincre une boulangerie. Même s’ils pourraient inciter les consommateurs à plus faire attention. Ils ne sont pas un frein à l’utilisation des contenants personnels.

Sac à pain et sacs à vrac

Consommer du fromage en vrac grâce à son fromager

Ah le fromage, on le trouve de deux manières. En portion emballée, et là on ne peut rien y faire. Ou alors à la coupe en supermarché ou chez le fromager. Tu peux t’en douter, je ne vais pas me préoccuper des portions emballées. Je n’achète plus de fromage en portion emballée.

On pourrait se dire que pour un produit traditionnellement à la coupe ce n’est pas si compliqué d’être zéro déchet. Et bien tout comme la boucherie, ils ont, je trouve, des habitudes bien ancrées. Premier réflexe du fromager, sortir sa feuille d’emballage. Et là tu n’as pas encore dit ce que tu voulais.

C’est donc un combat au plus rapide ! 🙂 Mon premier réflexe dès que je rentre dans ma fromagerie, je sors mes contenants et je les pose sur le comptoir. Le fromager questionne et généralement comprend la démarche. Je vais chez deux, trois fromagers différents et globalement ça se passe simplement. Ils ont tous des balances pour tarer mes boites.

En conclusion, pour le fromager, c’est simple il faut dégainer avant lui. Une fois la discussion établie tout se passe très bien.

Consommer zéro déchet en achetant chez l’épicier

L’épicier aussi a pour habitude de mettre de l’emballage partout. Sa défense est que son emballage est en papier cartonné. Donc recyclable. Ok c’est vrai, mais nous on ne souhaite pas recycler. On souhaite diminuer nos déchets !

J’ai l’habitude d’aller chez deux épiciers. un conventionnel et un bio. Les deux maintenant me connaissent et n’ont plus le réflexe de l’emballage. Les convaincre n’a pas été très compliqué. Le plus dur est de leur « casser » leurs habitudes. Dès que j’entamais la discussion avec eux, je leur précisais bien que j’avais mes contenants et nullement besoin de leur sachet.

L’épicerie bio a adoré tout de suite la démarche, vendant aussi des produits secs. Elle me permettait aussi de faire la tare sur mes contenants pour me servir en riz, pâtes, haricots, pois chiches, lentilles et autre.

Pour conclure, un épicier est fier de ses produits (surtout ceux en vente directe ce qui est logique). Il suffit de parler avec lui et d’expliquer ta démarche et il te soutiendra et te trouvera des solutions au besoin.

L’épicerie vrac pour le zéro déchet on en parle ?

Ok aller en épicerie vrac pour consommer zéro déchet c’est tricher. C’est vraiment trop simple ! Je n’ai pas grand chose à dire sur ce type d’épicerie. mais comme je présentais les commerces que je fréquente, je me devais de les mentionner. Arriver avec ses contenants, en faire la tare et payer uniquement les produits que l’on consomme. Quelle plaisir ! A chaque fois je me demande pourquoi ce n’est pas comme ça partout.

Ce type d’épicerie se développe de plus en plus. En espérant que ça devienne rapidement la norme !

L'épicierie vrac Les 2 Pauline

Être zéro déchet au marché

Cela parait tout bête. On se dit qu’au marché on pourra acheter de tout et en vrac. Bizarrement c’est là où j’ai trouvé le plus de réticence de certains commerçants. J’ai surtout eu un souci une fois avec un fromager qui refusait catégoriquement. J’ai donc décidé de ne pas acheter chez lui et d’aller à l’étale suivante qui elle a accepté mes contenants.

Je n’ai jamais compris pourquoi certains refusaient catégoriquement les contenants des consommateurs ? Si quelqu’un a une idée, je veux bien la connaitre. Mets la en commentaire.

Dans le cas du fromage, il a été perdant. Il n’a pas fait de vente et moi j’ai mangé mon fromage…

Pour conclure avec le marché, ce n’est pas si compliqué. Surtout que l’on peut faire facilement jouer la concurrence.

Des food-trucks zéro déchet c’est possible ?

Difficile de passer à côté de la mode des food-trucks. On en voit partout et de plus en plus. Burgers, kebabs, crêpes, mexicains, bagels,… On trouve de tout et pour tous les goûts. Mais surtout on trouve des emballages plastiques à tout va !

Heureusement, certains sont ouverts au zéro déchet. Je vais t’en parler de deux. Et je vais même faire un lien vers ces deux food-trucks car ils ne font pas partis des commerces que l’on référence. Mais on souhaite quand même les encourager.

Alors tout d’abord il y Les Petits Plats d’Anna. C’est un food-truck angevin qui propose des plats vegans. M’intéressant à ce type de cuisine j’ai regardé sa page Facebook. Et là, j’ai vu qu’elle permettait aux consommateurs de venir avec son contenant et qu’en plus il bénéficiait de 10 centimes de réduction. J’ai trouvé le geste honorable, donc j’y suis allé. Et j’ai adoré sa cuisine.

Les petits plats d'Anna un food truck vegan et zéro déchet

Un repas au food truck les petits plats d’Anna

Le deuxième food-truc est L’Itinérant Gourmand. C’est un food-truck qui a commencé en face de mon travail. Il propose des burgers frites tout fait-maison. J’allais le voir car j’adorais ses burgers. Surtout qu’il propose un steak végétarien en remplacement de la viande ! Mais voilà à chaque fois j’avais plein de déchets. Un jour je lui demande s’il me permet de venir avec mes contenants. Et là il me dit, « bien sûr préviens-moi juste à l’avance ! ». A ce moment-là je me suis dit que j’aurais vraiment dû lui en parler plus tôt…

En conclusion des food-trucks, s’ils ne le proposent pas déjà. Demande dans le doute s’ils n’acceptent pas tes contenants. Comme c’est du fait minute, généralement ça ne les dérange pas !

Ton commerçant pratique-t-il le zéro déchet ? La réponse est oui !

Bien sûr ce n’est ici que mon exemple. Mais j’ai voulu te montrer qu’en discutant avec tes commerçants généralement ils comprennent ta démarche. Toi comme eux, vous allez changer vos habitudes mais au final tout le monde s’y retrouve.

Le plus dur est d’oser demander. Je sais qu’au début je n’osais pas trop. Maintenant j’ai pris la confiance avec cela et je ne me gêne plus pour demander s’ils acceptent mes contenants.

Et toi, fais moi part en commentaire des tes expériences avec tes commerçants !